Les fongicides


A: Généralités

 

A: Généralités:


Un quatrième groupe de pesticides moins fréquemment évoqué retient aujourd'hui notre attention:  celui des fongicides (ou anticryptogamiques).  Cette famille de produits, utilisés dans la lutte contre les champignons inférieurs parasites des végétaux et leurs spores, est peu souvent à l'origine d'accidents toxiques chez les mammifères domestiques (du moins en ce qui concerne les composés organiques) en raison de leur faible toxicité aigue (beaucoup ont des DL 50 supérieures à 1000 mg\kg chez le rat).  
 Ce groupe de fongicides rassemble essentiellement les dérivés du cuivre, le soufre et les dérivés de l'arsenic.
 
B: Principaux composés: 
 
Les principaux dérivés du cuivre utilisés comme fongicides en agriculture sont:
-                           sulfate de cuivre                            (CuSo4 )
-                           oxyde cuivreux                              (Cu2O)
-                           chlorure cuivreux                          (CuCL)
-                           chlorure cuivrique                         (CuCL2)
-                           carbonate basique de cuivre         (Cu (OH)2 , CuCO3)
-                           oxychlorure de cuivre                    (Cu2(OH)3 Cl)
-                           oxyquinoléate de cuivre
 
a)  Usages phytosanitaires:  Les dérivés du cuivre servent essentiellement à lutter contre les maladies fongiques de la vigne (mildiou) mais aussi des pommes de terre et des arbres fruitiers (tavelures).  Les petits ruminants sont les plus sensibles à la toxicité du cuivre surtout ovins.   L'animal présente des symptômes :  Digestifs:   Vomissements, diarrhée aqueuse et profuse, parfois hémorragique ou de teinte gris-vert, ptyalisme. Nerveux:  Après une phase convulsive s'instaure une paralysie, notamment des membres postérieurs. Cardio-vasculaires:  Un ralentissement du pouls succède à une tachycardie et précède la mort en collapsus.
 
b)  L'intoxication chronique, après une période de silence clinique au cours de laquelle le cuivre s'accumule dans le foie, permet d'observer un tableau ictéro-hémorragique, typique chez les ovins et plus discret chez les bovins (ictère capucine, hémoglobinurie, parfois saignements intestinaux);   Dégénérescence hépatique (foie acajou), vésicule biliaire volumineuse et distendue par une bile épaisse et brunâtre;  Rein friable avec pétéchies;  Parfois épanchements cavitaires séro-hémorragiques.
 
c)  Intoxication aigue:   La mort survient en 1 à 4 jours en crise d'urémie après des signes  de gastro-entérite, congestion prononcée des organes (foie, rein, rate),
 
d:): Le diagnostic est basé:  sur la recherche du cuivre dans le foie et le rein; et sur la symptomatique
 
e)  Traitements:  Il est basé sur l'utilisation de substances tonicardiaques et d'agents chélateurs:  EDTA (calcitétracémate disodique L.N.), ne pas dépasser 50 mg\kg par injection IV lente chez les ruminants.


 
C: Les substances à base de soufre


Usages phytosanitaires:  Le soufre (Sx) est le produit le plus anciennement utilisé pour lutter contre les Oidiums (vigne, céréales, légumes, pommier, cultures ornementales).  Il est également efficace contre la Tavelure des arbres fruitiers à pépins.  Le soufre est réputé peu toxique (DMM per os environ 500 mg\kg chez les mammifères).  Un certain nombre d'accidents ont pourtant été observés, chez les bovins notamment, avec des préparations micronisées.


D: Les composés organiques 


série acyclique: dithiocarbamates
Les dithiocarbamates sont des fongicides organiques ou organo-métalliques très utilisés en agriculture.(  Thirame,  Ferbame,  Zirame,   Nabame,   Zinèbe,  Manèbe,  Mancosèbe, Propinèbe). Ce sont les fongicides organiques les plus largement employés et les plus polyvalents (protection des feuillages, des semences, des fruits et légumes, traitement des gazons, protection des textiles et peintures.
 
La toxicité aigue de ces produits est extrêmement faible pour les mammifères et les oiseaux.  Le seul problème est l'intoxication des poissons après traitements effectués en cressonnières. La toxicité aigue: Chez les herbivores on observe une dépression, de l'anorexie et une diarrhée jaunâtre.  Chez les poissons apparaît un endormissement progressif se terminant par la mort.
 
La toxicité chronique: Chez les mammifères, cette toxicité est purement locale (irritations cutanées, conjonctivite, bronchite).  Il a été observé avec les dérivés métalliques des effets antithyroïdien. Chez les oiseaux (perdrix, volailles) ont décrit un fléchissement, voire un arrêt de la ponte associé éventuellement à une altération de l'état général.
 
La contamination accidentelle de l'aliment par le manèbe et le thiophanateméthyle n'a pas eu de répercussions pathologiques et zootechniques chez les porcelets en post-sevrage. La recherche des résidus dans les tissus confirme la faible absorption des contaminants et leur rapide dépletion.
 
La contamination accidentielle de l'aliment par le manèbe et le thiophanate-méthyle n'a pas eu de répercussions pathologiques et zootechniques chez les porcelets en post-sevrage.  La recherche des résidus dans les tissus confirme la faible absorption des contaminants et leur rapide dépletion.
Vous êtes ici : Canisland Toxicologie Les fongicides Les fongicides